Interview Ikumi Nicolas Kirihara

Ikumi Nicolas Kirihara est née en 1988. Elle est artiste lyrique. Née au Japon, elle a grandi à Mito, ville située à une centaine de kilomètres au nord de Tōkyō. Dernière d’une fratrie de trois enfants, très tôt Ikumi a développé son goût pour la musique et le chant. Sa rencontre avec le Rotary international s’est faite alors qu’elle était étudiante au Japon. Elle a en effet pu bénéficier d’une bourse d’études de la Rotary Foundation. Depuis, Ikumi reste liée au Rotary et elle tisse des liens avec les clubs des villes dans lesquelles elle est amenée à résider.

Installée récemment à Palaiseau avec son mari, Ikumi a naturellement pris contact avec le Rotary Club Palaiseau et ses Vallées, et a proposé de contribuer à des événements organisés par le Club.

Tu es artiste lyrique. Dans quelles circonstances est née ta vocation ?

J’ai toujours aimé chanter. En primaire, j’étais dans une école où nous n’étions que 37 écoliers au total. Nous nous rendions régulièrement à la maison de retraite de la ville pour chanter. Ensuite, en effectuant mes études de musique à Tōkyō, j’ai poursuivi le chant. Mais c’est surtout avec mon frère aîné que j’ai développé cela. Mon frère est atteint d’épilepsie à un stade très grave. Il adore chanter et a beaucoup de mémoire. Cependant, avec sa maladie, il lui est difficile de tenir une conversation, de construire des phrases. Le chant est devenu tout naturellement notre mode de communication.

Qu’as-tu alors ressenti ?

Beaucoup d’émotion. Avec le chant, on peut partager énormément d’émotions. C’est très important. Le chant constitue un lien fort qui permet les échanges. C’est un grand plaisir sur le plan des relations humaines. Chanter me soulage aussi.

Quels souvenirs as-tu gardé de ces moments où tu es intervenue dans des maisons de retraite, des hôpitaux ?

Le souvenir des réactions des auditeurs. Ce sont des réactions très directes, particulièrement touchantes. La musique exerce un grand pouvoir sur les personnes. J’ai vu pendant que je chantais, sur les visages de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, passer des émotions. La musique secoue. C’est un moment de communion. Avec les enfants hospitalisés, je les vois écouter avec toute leur curiosité d’enfant. Un fil invisible se tisse entre nous grâce à la musique. A ce moment-là, je donne et je reçois.

Nous vivons une époque très individualiste. Nous avons besoin de liens. La musique est un formidable véhicule entre nous.

As-tu un répertoire de prédilection ? Un compositeur favori ?

Je n’ai pas de répertoire de prédilection. J’aime beaucoup interpréter les musiques populaires japonaises. Concernant mes compositeurs favoris, Clara Schumann, pianiste et compositrice allemande, tient une place importante. J’ai consacré mon mémoire de Master aux femmes compositrices. Francis Poulenc fait également partie de mes compositeurs favoris.

Tu es proche du Rotary. Comment s’est faite cette rencontre ?

Il existe un club Rotary à Mito. Mon père m’a conseillé de postuler à la bourse d’ambassade internationale organisée par le Rotary international. Le Rotary Club Mito est ainsi devenu mon club « parrain » pour pouvoir candidater. C’est un concours exigeant. Il est donné une bourse pour venir en France et intégrer le Conservatoire de Lyon. J’ai réussi le concours. Je suis arrivée à Lyon en 2012. J’ai fait deux ans de Conservatoire. Avant de partir du Japon, le Rotary international m’a adressé au Rotary Club Lyon Porte de l’Ain. J’ai pu collaborer à différents événements : conférences, la Banque Alimentaire, etc.

Ensuite, lorsque je suis partie en Suisse, de 2014 au début de cette année 2018, j’ai maintenu les liens avec le Rotary.

Tu habites désormais, en famille, à Palaiseau. As-tu des projets avec le Rotary Club Palaiseau et ses Vallées ?

Pour moi, il est important de poursuivre les contacts avec le Rotary. C’est un lieu extraordinaire, un espace où justement les liens sont resserrés, au service des autres, de ceux qui en ont besoin. Si je peux faire quelque chose dans le cadre des actions du club, c’est avec beaucoup de plaisir. Je suis disponible.